Ca te dirait d’aller voir les volcans et Chambord ?

Après 6 jours improvisés en Haute-Loire (cfr. Bonjour les Cév…. Ha bah non, on est resté en Haute Loire), il est temps de remonter peu à peu vers le Nord. On s’offre un arrêt au pied des volcans d’Auvergne avant la visite du Château de Chambord.

Vendredi 4 aout : on quitte la Haute-Loire en fin d’après-midi et on prend la direction de la Chaîne des Dômes, 120kms au Nord Ouest de la Chaise Dieu ; deux heures de route, le temps de regarder où dormir. On tente pour la première fois le réseau France Passion et notre choix se porte sur une ferme auvergnate à Coheix (Mazaye) dans la partie Monts Dômes (le Nord de la Chaîne). C’est autre chose que les aires de camping cars : les gens se parlent ! D’où venez-vous, où allez-vous, etc… Les propriétaires, producteurs de charcuterie, ne sont pas là. Dommage, il nous manquait du saucisson pour l’apéro.  

Samedi 5 aout : il fait plus frais et couvert. Et ça joue sur notre ressenti : cette région de l’Auvergne nous paraît beaucoup moins belle. On se rend à la Maison du parc des volcans où on s’interroge du meilleur moment pour visiter le Puy de Dôme. L’une des stewards dit : aujourd’hui c’est top, demain sûrement pas… et l’autre : demain c’est top, sûrement pas aujourd’hui... On est bien avancé. On décide de faire le tour à pied d’un des Puys les plus emblématiques : le Puy Pariou, célèbre pour la pub Volvic, grâce à son cône esthétiquement parfait. La balade démarre depuis un parking largement fréquenté (Parking des Goules). Le chemin débute dans les bois et plus on monte, plus c’est déboisé. Le déboisement est volontaire pour mettre en valeur le patrimoine naturel de la Chaîne. Ça permet d’apprécier pleinement la profondeur du cratère ! En quittant le cratère, vue sur le Puy de Dôme, notre rendez-vous de demain. 

A court d’idées et de saucissons, on retourne à la ferme France Passion à Coheix. Les propriétaires sont là, l’occasion de faire le plein et de discuter des machines agricoles.

Dimanche 6 aout, il fait dégagé ! On part à l’assaut du Puy de Dôme (1465m d’alt., Grand site de France) mais en empruntant le Panoramique des Dômes, un train à crémaillère. Au sommet, se trouvent un espace muséographie, une station météorologique ainsi que les ruines du temple de Mercure. Mais la grosse surprise sera le nombre de parapentes, l’occasion pour ELLE de voir les paysages de la Chaîne et de fêter un peu en avance son anniversaire ! On profite de la vue et du soleil avant de redescendre par le train dans lequel ELLE se fera draguée par un pti mec de 3 ans haut comme 3 pommes… Non mais ! 

Globalement, on a été déçu par ce coin d’Auvergne. Hormis la Chaîne, peu de charme dans les villages. Le Puy de Dôme est un site où il y a beaucoup de monde mais il est aisément accessible. Un bémol, le parking camping car est un peu plus haut et squatté par des autos. En haut, on y apprécie la vue et les explications mais on a pas ressenti la même chose qu’au Mont Mézenc. La balade du Puy Pariou nous a plus ravis, surtout passer de l’autre côté et abandonner la foule qui se contente d’un aller-retour. L’idéal pour apprécier le paysage reste quand même le parapente.

Il est tard, l’heure de reprendre Homer et de songer où dormir. Content de la formule France Passion, on se pose 130kms plus au Nord dans une ferme d’élevage de bisons à Audes (au Nord de Montluçon), appelée Tatanka – Buffalo Bison tenue par un fan des States, très bizarre mais gentil. 

Lundi  7 aout sera consacré à la route. Objectif : monter sur Chambord. Il fait ensoleillé. Petit arrêt à la base de loisirs nautiques de Belle Isle à Châteauroux où se trouve un lac… Mais l’odeur et la qualité de l’eau est bien loin de celles du Lac d’Issarlès. ELLE a l’impression de sentir la vase en sortant. LUI sieste toute l’après-midi, il faut dire que les vacances n’ont pas été de tout repos.

Après cette pause, en route vers notre hôtel, cette fois-ci un vignoble, le Domaine de l’Aumônière, à Cour Cheverny du réseau France Passion. L’accueil est très sympa et notre hôtesse semble…. beurrée. On discute de la difficulté du métier : endettements, mauvaise météo et récoltes maigres cette année à cause du gel. On visite la cave, on déguste et on succombe. On fait le plein, les bouteilles sont très bon marché. En plus, le cépage est unique : il a été introduit par François Ier en 1519 à son retour d’Italie. Et chose à noter : il n’y a que des blancs sous l’étiquette Cour Cheverny (plus d’infos ici). On n’a pas résisté à ouvrir un bouteille le soir même et à vrai dire, on ne pense pas avoir dîner ce soir là… Souvenirs un peu flous.

Mardi 8 aout, on se lève de bonne heure. On salue nos hôtes. Bien que ceux-ci nous aient recommandé le Château de Cheverny (celui de Moulinsart pour nous, les Belges) pour ses intérieurs, on vote Chambord. Les parkings sont bien faits et à proximité de l’entrée du site. Plusieurs guichets sont ouverts pour les billets  ; il y a du monde mais on ne le ressent pas trop. On choisit la formule « visite insolite » avec une super jeune guide. Le parcours nous fera découvrir le Château et des parties habituellement fermées. On a du pot, le Château n’est pas en travaux ! (la construction étant en pierre calcaire, elle nécessite énormément d’entretien). Comme nous en avaient avertis les vignerons, le Château est vide, pas de mobilier… Mais sa conception architecturale (et le mystère qui l’entoure) est bluffante. Après la visite, on déambule dans les alentours, histoire de profiter de la vue. 

On récupère Homer qui affiche désormais plus de 3.000 kms au compteur et on décide de rouler 200kms avant de faire une nouvelle étape France Passion chez un agriculteur converti en pâtissier occasionnel. Une fois bien installés, on recevra une visite inattendue durant le souper… (vidéo

Mercredi 9 aout, on prend le temps de se lever. On démarre en veillant à ce que notre visiteur d’hier soir ne soit pas dans le van. Derniers kilomètres à notre aise avant de rentrer sur Liège.

En conclusion, de cette troisième partie de vacances, on retiendra surtout la découverte de France Passion  que l’on conseille vivement.

Enfin, pour les pleins et vidanges, sur un séjour de 21 jours-19 nuits (dont 9 nuits en gîte), nous avons fait 5 pleins et vidanges pas toujours par nécessité mais simplement parfois parce que l’occasion se présentait :

  • le 29 juillet : on a profité du gîte de l’Escargot fugueur pour refaire un plein d’eau et vidanger.
  • le 1er aout : bien que notre réserve d’eau affichait encore 50 %, on a profité d’avoir une borne à proximité aux Estables et ce, en prévision des douches du soir qui allaient être longues (après une balade éprouvante autour du Mont Mézenc).
  • le 4 aout : dans une borne près de la Chaise Dieu, on fera l’expérience des jetons trouvés difficilement.
  • le 6 aout : dans une borne à Orcives qui nous aura arnaqué de deux euros.
  • le 10 aout : vidange au calme à la maison (et nettoyage).

 

Toutes les étapes du voyage France été 2017 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *